Jean-Marc Gyphjolik en Antarctique

Présentation du voyage

Départ dans un environnement très froid où les chaudes doublures de vêtements sont vos amies ! Cette fois-ci ma femme a bien voulu venir avec moi car son plus grand rêve était de voir une colonie de pingouins .

Notre voyage a commencé à Paris où nous avons pris l’avion en direction de l’ Antarctique! Comme me le rappelle souvent ma femme, le voyage a été très très long (de longues heures d’avion),  sans compter les temps d’arrêt pour les correspondances.

Arrivés là-bas nous avons pris une journée de repos, car  le décalage horaire était bien difficile à « digérer »  ( 7 heures de décalage ) et nous étions très très  fatigués, peut-être par le froid intense également.

Gyphjolik et le pingouin d'Antarctique

Le lendemain nous avons décidé de partir pour une grande randonnée à travers les paysages enneigés dans cet environnement magique. Il n’y a que du blanc et du bleu, pas d’autre couleur, ce qui est un peu déconcertant au début. Par ailleurs, le silence est presque assourdissant et c’est très déroutant pour nous les Gyphjolik qui sommes de véritables citadins.

Nous nous sommes arrêtés finalement dans un grand élevage de pingouins. Ma femme était un peu déçue car elle croyait qu’ils vivaient à l’état sauvage . Mais l’éleveur lui a expliqué que certaines espèces se trouvaient dans la nature , mais que d’autres étaient en voie d’extinction, il fallait donc les protéger dans des élevages . Il nous a appris aussi que même si ces pingouins ne vivaient pas à l’état sauvage , ils appréciaient leur vie auprès des hommes et tissaient de véritables liens avec eux. Ils viennent même souvent manger à leur côté pendant les pauses repas  ( conversation avec plusieurs éleveurs/soigneurs  qui effectuaient toutes leurs pauses avec un petit groupe de pingouins regroupés autour d’eux).

Jean-Marc Gyphjolik en antarctique

Page rédigée par Jean-Marc Gyphjolik