Jean-Marc Gyphjolik va skier à la montagne

Présentation du voyage :

Ce voyage est très différent de tous les autres car il a permis de réunir toute notre famille  pendant ma fête préférée  c’est-à-dire Noël , tout en pratiquant un des sports que je préfère, le ski.

Ce  voyage s’est donc déroulé à quelques heures de route , dans les fabuleuses montagnes des 3 vallées . Là haut il y avait un fabuleux chalet que mes parents possédaient , ils nous avaient invités comme chaque année pour que nous puissions  passer un grand moment familial .

Jean-Marc Gyphjolik au ski

Comme chaque année nous sommes arrivés une semaine avant Noël  pour pouvoir profiter des pistes  car nous savions par les bulletins météo qu’il y avait de la neige . Nous le savions car depuis le départ en retraite de mon père,  il y a de cela quelques années, ils avaient décidé de faire de ce chalet leur résidence principale et ils savaient que cette année dès mi-novembre il y avait  déjà eu d’importantes chutes de neige . Nous sommes arrivés tard le soir, au chalet l’odeur d’une bonne raclette nous accueillit ,  nous avons enfilé chacun nos chaussons puis nous nous sommes précipités autour de la table familiale pour partager un bon repas en famille .

Le lendemain nous avons décidé de partir à pied jusqu’au quartier principal de la station : Méribel Centre  , là nous avons acheté des  pass pour le ski , loué les équipements et autres objets dont nous aurions besoin. De leur côté les femmes de la famille sont parties car elles avaient deux trois emplettes à faire pour Noël .

Jean-Marc Gyphjolik et les pistes de ski

Dès l’après-midi nous avons pu skier  sur de la neige qui n’était pas du tout verglacée. Il y  avait peu de monde mais des jeunes  déboulaient de tous  les côtés en criant de joie car  ils adoraient la sensation de vitesse sur les pistes .

Jean-Marc Gyphjolik à Meribel-_217769_pghd

Pendant toute la semaine  nous avons pratiqué des activités  , ensemble ou séparément. Le matin les enfants partaient en cours de ski , l’après-midi nous skions avec eux et le reste de la famille puis le soir nous nous accordions quelques sorties  . La première sortie fût une soirée bowling. Toute la famille adorait ça. C’était le moment de savoir qui était le meilleur, chaque fois depuis quelques années j’en sortais ronchon car maintenant mes enfants me battaient tout le temps … ah qu’est-ce que je regrette quand ils étaient petits et qu’ils jouaient encore avec les rampes  de sécurité . La deuxième soirée, ce fut une soirée cinéma , chaque avant-veille de Noël nous décidions toujours ensemble d’un film qui pourrait plaire à toute la famille et  nous allions le voir ensemble. La sortie se finissait toujours par de longues discutions et des rigolades sur le film .Cette année le film s’appelait Antarctica, c’est un film japonais qui raconte l’histoire d’un guide Jerry Shepard  sauvé par ses chiens après un incident au cours d’une expédition scientifique qui a mal tourné .

Jean-Marc Gyphjolik et le repas de noêl

Notre semaine se finit toujours par une grande réunion autour de la table pour manger le fabuleux repas de Noël préparé par mes parents, puis nous ouvrons enfin les cadeaux de Noël à minuit pile  . Tous les membres de la famille avaient le sourire et étaient heureux de son/ ses cadeaux  , puis nous nous sommes réunis pour faire une belle photo pour ensuite nous rassembler autour de la table  et entamer un jeu de société . Au bout d’un moment ceux qui commençaient a être  fatigués ont décidé de partir se coucher. Puis malheureusement  le lendemain il est  temps de faire les valises  car nous avons tous un programme de jour de l’an prévu autre part .

Publicités

Jean-Marc Gyphjolik en direct de Paris

Présentation du voyage

Après plusieurs heures de voyage à bord d’un  train de nuit la famille Gyphjolik était en route pour visiter la sublime capitale de la France : Paris .

Visite dans la ville  :

Notre première visite fût, comme tout bon  touriste qui vient ici , pour  la Tour Eiffel . Autour de celle-ci le paysage est magnifique , on voit bien qu’un grand nombre de personnes s’occupent de l’entretien de ces jardins. Mais ce que vous devez comprendre par là, c’est que c’est la seule chose que nous avons pu admirer, car l’accès pour monter était bondé de monde qui voulait prendre l’ascenseur pour accéder aux étages de la tour .

Jean-Marc Gyphjolik et la Tour Eiffel

Nos visites suivantes ont été culturelles et nous avons visité bon nombre de musées. Celui qui nous a le plus marqué est le Petit Palais , le Grand Palais n’étant pas visitable (que de l’extérieur ) nous avons pu entrer dans celui-ci et admirer de magnifiques expositions de vases , de tableaux et autres ..

Jean-Marc Gyphjolik au petit palais

 

En chemin nous avons pu traverser le magnifique pont Alexandre II  orné de  statues  plaquées or, édifié en 1900. Mais ce n’est pas le seul pont de Paris, il existe à Paris un grands nombre, tous différents les uns des autres, car cette ville est constitué de trois parties.

Jean-Marc Gyphjolik traverse le pont Alexandre II

La partie  centrale de Paris abrite la belle cathédrale Notre Dame de Paris. Nous y avons fait  une courte visite car  malheureusement  c’était le dernier jour dans cette ville pour la famille Gyphjolik . Mes enfants et ma femme m’avaient convaincu de nous arrêter à Disneyland Paris car c’était leur rêve depuis plusieurs années . Je n’étais pas enchanté par  cette destination , mais finalement arrivé là-bas  la magie de l’enfance opéra sur moi et  nous avons décidé de rester  un week-end complet .

Jean-Marc Gyphjolik à Disneyland

Mes enfants m’ont convaincu de faire plusieurs tours de manèges et de visiter bon nombre d’attractions en faisant  plusieurs photos avec des personnages de Disney .

Étonnamment je n’ai pas été déçu d’être venu  dans cet endroit. La magie opère tellement que cet endroit n’est pas juste idolâtré par les enfants mais aussi par les adultes .

Jean-Marc Gyphjolik rejoint de la famille à Chicago

Notre nièce Laura a fait un stage à Chicago dans le cadre de sa scolarité. Nous avions envie d’aller la voir mais n’étions pas ravis par la destination. Pour nous Chicago était une ville peu attrayante, surtout connue grâce à Al Capone !!! Mais nous avions tort, c’est une ville très agréable (surtout en été, car apparemment l’hiver y est souvent très rude) et nous avons passé quelques jours bien agréables. Je vais vous le prouver.

le Loop et ses gratte-ciel

Jean-Marc Gyhjolik voit des buildings

Capitale du Midwest, Chicago a pour centre névralgique le Loop, 2e quartier des affaires des États-Unis après Manhattan. Ses buildings en font une capitale mondiale de l’architecture moderne.

Les Gyphjolik vous conseillent de commencer par faire un circuit en bateau sur la Chicago River afin d’avoir un premier aperçu de l’architecture et du Skyline. Nous avons eu le souffle coupé par le nombre de bateaux, la longueur des quais très bien aménagés avec des arbres, pelouses, massifs, parasols, cafés, pistes cyclables, piétonnes…Des heures et des heures de balades possibles sous le ciel bleu, avec les gratte-ciel en arrière plan et le lac Michigan si immense que l’on pense se trouver en bord de mer !!!

Il faut continuer la balade le nez en l’air ! Emblème de Chicago, la Willis Tower (anciennement Sears Tower) (communément appelée Skydeck) est le 2ème plus haut bâtiment du continent américain. Elle date de 1973. On a pris l’ascenseur pour aller sur le Ledge, la plate-forme panoramique en saillie au 103ème niveau, à 412 mètres de hauteur. Entièrement en plexiglas, elle nous a donné le vertige. Adresse = 233 S Wacker Dr, l’entrée se fait par le Boulevard Jackson. On peut descendre par l’escalier (3680 marches) ou par l’ascenseur. Personnellement on a choisi l’ascenseur, je vous laisse deviner pourquoi !!! Je vous conseille de le faire de préférence en fin de journée pour assister au coucher de soleil !!!

D’autres buildings nous ont réservé de belles surprises :

-le Sullivan Center  (adresse = 1 South State street), avec sa décoration de feuillages entrelacés,

-le Marquette Building (1895), aux fenêtres de style chicagoan (adresse = 56 W Adams St), la Chase Tower et son incroyable façade incurvée (adresse = 21 S Clark Street ; construction 1969 ; 60 étages ; 259 mètres)

-Certains édifices ont de belles statues qui embellissent leurs plazas : le Richard J. Daley Center, et sa statue de Picasso,

-le Federal Center et sa Plaza, dont les droites lignes tranchent avec les courbes du Flamant rouge de Calder.

-L’Art déco s’invite avec le Carbide & Carbone Building, décoré à la feuille d’or, et le hall du Board of Trade, la Bourse de Chicago, haut lieu de l’économie américaine.

– La Trump Tower est l’une des vedettes de Chicago. Adresse = 401 N Wabash Av. L’édifice qui date de 2009 est le deuxième plus haut gratte-ciel de Chicago après la Willis Tower. Elle s’élève à 423 mètres et a 96 étages.Le nom Trump figure en lettres énormes sur sa façade.

Jean-Marc Gyphjolik à chicago-river-devant-la-trump-tower

Les Gyphjolik ont parcouru le Loop  à pied,mais on se fatigue vite !!! Il faut donc prendre le métro, le « L » (pour Elevated), le métro aérien qui donne une autre vue sur les façades, et accessoirement permet de se reposer tout en admirant le paysage.

On a poursuivi la visite par Millenium Park et Grant Park. Avec tous ses buildings, on pourrait penser que Chicago est une ville très grise, polluée, bruyante mais en fait c’est une ville très verte. Il y a énormément de très grands parcs au centre même de la ville.

 Les deux principaux parcs sont Millenium Park et Grant Park. Les pelouses de Grant Park, poumon vert de Chicago, font la transition entre le Loop et le lac. Millenium Park la partie nord de Grant Park, est parsemé de sculptures. La plus connue est le Cloud Gate, une sculpture géante en inox poli, créée par Anish Kapoor, dans lequel se reflète la Skyline. Elle est surnommée The Bean.

Jean-Marc Gyphjolik au chicago-the-bean

Autre monument, le Jay Pritzker Pavilion , l’auditorium en plein air de Frank Gehry. Un maillage de tubes d’acier devant une immense pelouse. Le contraste entre l’acier grisé, les rangées rouges de sièges et la verte pelouse est fascinant ! Des spectacles gratuits sont organisés presque tous les soirs sur cette pelouse et ils rassemblent des milliers de personnes. Pendant note séjour nous avons assisté à un concert de jazz et à une séance de cinéma en plein air. Le film « Soul Food » se passait à Chicago dans une famille noire américaine. très sympa !!!

Il ne faut surtout pas manquer  la Crown Fountain, une étrange œuvre d’art interactive (en été) créée par Jaume Plensa : deux tours en briques de verre projettent des visages d’habitants. Comme il faisait très beau quand nous étions à Chicago, plein de jeunes enfants jouaient dans l’eau entre les deux tours en verre.

Dans Grant Park, on a admiré la Buckingham Fountain, l’une des plus grandes fontaines au monde. Elle date de 1927 et est en marbre rose. Elle fait 85 mètres de diamètre. Des spectacles sont chorégraphiés avec des lumières et de la musique : jets d’eau toutes les 20 minutes, éclairage de la fontaine de 21h à 22h (horaires à confirmer). La fontaine de Buckingham a pendant longtemps servi de point de départ à la célèbre Route 66 ; ce point a été déplacé au début des années 2000 sur Adams Street, non loin de l’Institut d’art de Chicago. La fontaine représente le lac Michigan, avec quatre statues représentant des chevaux de mer qui donnent l’impression de sortir de l’eau, depuis le bassin. Les statues symbolisent les quatre  Etats (Wisconsin, Illinois, Indiana, Michigan) qui bordent le lac Michigan.La conception de la fontaine a été inspirée du parterre de Latone au Château de Versailles.

Public Art :

Avec ma femme nous adorons le Public Art. Nous nous sommes régalés !!! Nous vous conseillons de ne surtout pas manquer :

  • La statue de Picasso (Untitled) dans Daley Plaza (non loin de l’hôtel de ville et du Richard J.Daley Center). Elle date de 1967, mesure 15 mètres et pèse 147 tonnes. Il s’agit d’une sculpture métallique.
  • La création abstraite de Jean Dubuffet, officiellement appelée Monument with Standing Beast, est surnommée par les habitants “Snoopy in a Blender” (Snoopy dans un mixeur) au 100 W Randolph St. Elle a été réalisée en 1984 en époxy peint au polyuréthane. Sa hauteur est de 9 mètres.
  • La grande mosaïque de Marc Chagall, Four Seasons, qui représente des scènes de la vie à Chicago au 10 S Dearborn St
  • Le Flamingo rouge d’Alexander Calder (Calder’s Flamingo) au 50W Adams St. C’est une sculpture “stabile” en acier de couleur rouge et haute de 16 mètres située sur la Federal Plazza. Elle a été dévoilée en 1974.
  • Miss Chicago de Joan Miró : le soleil, la lune et une étoile est une sculpture de Joan Miro. Elle est surnommée Miss Chicago. Elle mesure 12 mètres de haut et a été installée place Brunswick Plaza en 1981

Autres découvertes intéressantes :

Nous avons fait une halte à la Harold Washington Library et sa terrasse au 400 S State St. (ouverte le samedi jusqu’à 17 heures). C’est la principale bibliothèque municipale de Chicago. Son architecture est postmoderne, elle est magnifique, notamment ses coursives qui dominent les étages inférieurs et le dernier étage qui s’ouvre sur un jardin d’hiver recouvert d’une belle verrière. Quand nous l’avons visité il y avait une exposition sur Harold Washington, le premier maire noir de Chicago. Très intéressant !!!.

Nous avons fait un petit tour dans Union Station 225 S Canal St : c’est une gare qui a ouvert ses portes en 1925. La gare est très connue pour l’un de ses deux grands escaliers où entre autres, s’est déroulé le tournage du film Les Incorruptibles de Brian de Palma.

 Il ne faut surtout pas manquer la dégustation de la deep dish pizza. C’est LA spécialité culinaire de Chicago. Elle est bien loin de sa cousine italienne : sa garniture est stratifiée comme pour celle du hamburger : elle se compose d’une croûte bien épaisse, elle est cuite dans un moule profond au four (et non pas au feu de bois, car elle ne peut pas cuire rapidement), de fromage (beaucoup de fromage), d’une garniture (viande, peperonis…) et de sauce tomate.

Balade sur le bord du lac : The Lakefront Trail

chicago-lac-michigan

Avec ses 29 km de long, le Lakefront Trail reste la principale promenade de la ville de Chicago. Le parcours longe le Lac Michigan, et offre ainsi une vue splendide à la fois sur la terre et le lac. On a commencé la balade à l’Adler Planetarium, puis Museum Campus, Grant Park, Millenium Park et Navy Pier.

La Gold Cost :

La Gold Coast est le quartier qui se situe entre Oak Street et Lincoln Park. On y trouve de splendides manoirs et demeures construits à la fin du 19ème siècle. Au 20ème siècle sont apparus de luxueux immeubles résidentiels. Ce quartier a été classé arrondissement historique en 1977. l faut absolument admirer : Oak Street, Oak Street Beach, Bellevue Place, Astor Street, State Parkway, Résidence of the Roman Catholic Archbishop.

Art Institute of Chicago :

On a visité l’Art Institute of Chicago (111S Michigan Avenue), l’un des musées les plus importants des États-Unis. Il est ouvert de 10h30 à 17h, sauf le jeudi où la fermeture a lieu à 20h. Les lions de bronze qui gardent l’entrée du bâtiment sont l’emblème de la ville. Ses collections sont d’une richesse inouïe : peinture européenne (impressionnisme notamment), art islamique, art contemporain, architecture, design… . La Modern Wing est une extension du bâtiment initial dont l’ouverture date du 16 Mai 2009. Elle abrite une collection moderne qui est considérée comme la 3ème au monde après le Centre Pompidou et le MoMA

La Navy Pier :

De 1918 à 1930, Navy Pier, immense jetée sur le lac Michigan, fut le quai à marchandises de la ville. Plus tard, l’University of Illinois y installa ses premiers locaux dans Chicago. Dans les années 90 ne injection de 200 millions de $US en a fait un parc d’attractions, un musée pour les enfants, un centre de conférences et un ensemble de restaurants. Les résultats sont probants : 5 millions de personnes parcourent chaque année Navy Pier, situé juste à l’est du centre-ville.

Page rédigée par Jean-Marc Gyphjolik

Jean-Marc Gyphjolik visite St-Pétersbourg

Présentation du voyage

En route pour l’une des plus belles villes du monde !!!

Là aussi nous avons pu décrocher en dernière minute deux billets d’avion très peu chers pour St Pétersbourg, le joyau russe. Nous y avons passé trois jours fabuleux, on voici les grandes lignes.

1er jour :

Balade sur la perspective Nevski entre Neva et Fontanka

La perspective Nevski est en quelque sorte les Champs Elysées de Saint-Pétersbourg. Sa création remonte à Pierre le Grand.

A voir : Le palais Belosselski-Belozerski  ; le pont Anitchkov qui enjambe la Fontanka  ; le palais Anitchkov  ;le magasin Elisseïev ; le Trade House Passaj ; le grand Hôtel Europe ; l’église Sainte-Catherine ; la petite philharmonie au n°30 ; le bâtiment Singerau  n°28 ; le palais Stroganov au n°17.

Jean-Marc Gyphjolik et l'église St Sauveur

Une fois arrivés à l’Amirauté on passe sur l’île Vassilievski et on profite de la vue sur la Neva.

Il faut aussi  visiter le palais Menchikov. Alexandre Menchikov fut le gouverneur de Saint Pétersbourg mais surtout le grand ami et compagnon d’armes de Pierre le Grand. Son palais est somptueux.

Il faut absolument, comme nous, aller boire un café ou un chocolat chaud et manger une pâtisserie  au  café-librairie Singer au 1er étage de Nevski Pr28. Le chocolat chaud est inoubliable et le cadre ancien très agréable, de plus la vue est magnifique.

En fin de journée nous avons pris un verre sur l’un des pontons sur la Moïka , très russe et très reposant pour nos pauvres pieds !!!

Le soir il faut absolument aller voir l’ouverture des ponts.

Jean-Marc Gyphjolik devant le levé du pont

L’une des curiosités de Saint-Petersbourg, ville étroitement liée à son fleuve, est l’ouverture nocturne des ponts sur la Néva, qui a lieu tous les jours d’Avril à début Novembre, période de navigation sur le fleuve .De 1h25 à 2h45, tous les grands ponts se lèvent à tour de rôle. Le pont du palais face au Palais d’hiver (l’Ermitage) est l’un des 2 premiers à s’ouvrir. Certes il faut rester éveillé tard et l’on n’est pas couché avant 2 heures du matin, mais ça vaut véritablement le coup. D’ailleurs la foule est compacte le long des rives , près des ponts mais aussi sur la Néva où on peut admirer une nuée de bâteaux, des gros comme des minuscules.

2ème JOUR :

Jean-Marc Gyphjolik regarde l'Ermitage

Visite du musée de l’Ermitage, absolument incontournable  et inoubliable !!!

Horaires d’ouverture: 10h30 – 18h

Le musée de l’Ermitage est né de la passion de Catherine II (1729-1796 impératrice de Russie 34 ans de règne) pour la peinture. Tout commence dans le Palais d’Hiver (qui fut la résidence officielle de la famille impériale de 1732 à 1917 mais à compter de 1881 il est peu utilisé pour des problèmes de sécurité). Il est vite trop petit et elle décide alors de faire construire un bâtiment tout en longueur sur le flanc est du Palais d’Hiver, le Petit Ermitage, relié au Palais d’Hiver par deux galeries à l’italienne. Avec l’augmentation des collections il faut bientôt construire, à côté, le Grand Ermitage (qu’on appellera plus tard le Vieil Ermitage, après la construction de Nouvel Ermitage).

Catherine II comprend l’effet que l’art peut avoir sur la diplomatie. Elle décide de supplanter dans ce domaine Frédéric II de Prusse, grand mécène. Pendant 30 ans elle va acquérir 60% des collections d’art européen et actuellement présentes à l’Ermitage.

Dans le même temps le théâtre de l’Ermitage est terminé, il est relié à l’ensemble par une galerie surplombant le canal d’Hiver, inspirée par le pont des Soupirs à Venise. A la mort de Catherine, les galeries impériales (réservées aux invités) comptent déjà 4000 tableaux. Mais le grand incendie de 1837 réduit le palais en cendres. Heureusement la plupart des œuvres sont sauvées à temps. L’édifice est reconstruit à l’identique.

Au milieu du 19ème siècle Nicolas Ier décide de construire un4ème bâtiment le Nouvel Ermitage, situé derrière le Vieil Ermitage et d’en ouvrir les portes au public noble. Façade néoclassique et porche gigantesque soutenu par des atlantes aux muscles saillants.

Le 20ème siècle va bouleverser l’histoire du musée : avec la révolution socialiste le catalogue de l’Ermitage s’enrichit considérablement avec les confiscations. Plus gros contributeur : le marchand moscovite Chtchoukine qui fait ainsi « don » à l’Etat de 27 œuvres de Matisse et de 31 de Picasso.

Le musée étant immense il faut  se concentrer sur quelques sections que l’on aime particulièrement. Les Gyphjolik ont choisi de privilégier les impressionnistes et l’art moderne et ont admiré de merveilleuse peintures de  Van Gogh (les Tournesols notamment), de Gauguin, Matisse, Derain, Vlaminck….

3 ème JOUR : visite du château de Peterhof

Jean-Marc Gyphjolik au chateau de peterhof

Situé à quelque 30km de la ville (sur le Golfe de Finlande), le château de Peterhof était la résidence d’été officielle du tsar. Ce qui fait la différence avec d’autres châteaux, ce sont les jardins, les célèbres fontaines et les incroyables jeux d’eau qui les animent, pensés pour la plupart par Pierre le Grand.

On s’y est rendu en hydroglisseur, sur la Néva à hauteur de l’Ermitage. Le bateau accoste devant le parc du château, à l’extrémité du canal qui mène à la cascade. La balade en hydroglisseur est très agréable ! Le château est somptueux et les jardins éblouissant. Par contre il y énormément de touristes ! On aimerait parfois les faire « disparaître » pour profiter du château et de ses immenses jardins comme au temps des tsars.

Page rédigée par Jean-Marc Gyphjolik

Jean-Marc Gyphjolik parcourt Istambul

Présentation du voyage

Nous avons pu trouver sur internet au dernier moment deux billets d’avion à un prix très très intéressant. Une véritable aubaine que nous n’avons pas laissé passer ! nous avions cinq jours pour découvrir Istambul. Cinq jours c’est court pour découvrir une ville riche de plusieurs siècles d’histoire. Il s’agissait de bien s’organiser pour voir le maximum de choses en un minimum de temps !!!

Jean-Marc Gyphjolik à Istambul

1er jour Sultanahmet

Sainte-Sophie : il faut surtout y admirer l’immense lustre qui descend de la coupole et les mosaïques byzantines qui furent recouvertes de badigeon avant d’être restaurées. ce n’est plus une mosquée mais un musée.

La mosquée bleue : c’est  la mosquée la plus célèbre d’Istambul. A l’intérieur on trouve sur les parois plus de 21 000 carreaux de faïence d’Iznik à fond bleu (d’où son nom). Roses, oeillets, tulipes et cyprès sont représentés sur les carreaux.

Il faut y aller dans la journée, notamment pour faire la visite de l’intérieur mais aussi en fin de journée lorsque le soleil se couche et modifie ainsi la couleur des pierres. Mais il faut surtout y aller le soir, puisqu’il y a chaque soir d’été un magnifique spectacle « son et lumière » entre 20 et 21 heures.

Il y a aussi de temps en temps devant la mosquée Bleue, et nous avons eu la chance d’y assister, des spectacles de danse de derviches tourneurs. c’est absolument fascinant !!! Les derviches tournant sans jamais se toucher, vêtus de longues robes blanches ouvertes comme des corolles. Leur main droite est tournée vers le haut et symbolise les dons de Dieu qui sont redonnés au peuple symbolisé par la main gauche, qui elle est tournée vers le sol. ces danses sont réalisées au sons de musique soufie et le spectacle est réellement envoutant !

La citerne-basilique : la citerne souterraine est longue de 140 mètres, large de 70 et haute de 8 mètres et  a une capacité de 80 000 mètres cubes. La visite est très plaisante et très rafraîchissante en été. On descend des marches pour découvrir une immense salle-citerne soutenue par 336 colonnes réparties en 1é rangées de 28. Deux des colonnes représentent à la base des têtes de méduses, l’une est inversée, l’autre est de profil.

Jean-Marc Gyphjolik et la basilique-citerne

2ème jour : Sultanahmet

Le palais de Topkapi : ce fut pendant quatre siècles, de 1475 à 1855, la résidence principale des sultans. Durant quatre siècles chaque souverain a apporté des embellissements à cet immense palais, construisant des kiosques sur le Bosphore et la mer de Marmara, créant une bibliothèque, une mosquée et un hammam, agrandissant sans cesse le harem en y ajoutant des cours et des couloirs.

Jean-Marc Gyphjolik et le palais topkapi

Il faut commencer la visite par la Porte Impériale qui fut construite en 1478, comme indiqué sur l’arche. Elle donne accès à de magnifiques jardins.

On entre dans la Cour des Janissaires puis dans la Cour des Cérémonies. On débouche enfin dans le Harem. Il se compose de près de 300 pièces mais on n’en visite qu’une vingtaine. Un millier de femmes environ vivaient dans le harem.Il y avait tout d’abord la reine-mère, puis quatre à huit favorites, les odalisques, celles qui avaient donné un descendant au sultan, les domestiques, les nourrices, les danseuses et les esclaves. Aucun homme n’avait le droit de rentrer dans la Harem, à l’exception du sultan et des Eunuques.

On peut déambuler dans différents édifices, le Kubbealti où l’on débattait des affaires de l’empire, les cuisines, la bibliothèque d’Admet III, les anciens hammams…. Et l’on arrive enfin au temps fort de la visite : le trésor. Il est réparti dans quatre salles. C’est une avalanche de joyaux, d’objets précieux, couverts de diamants ou d’or, de nacre ou d’ivoire. Au cours de nos nombreux voyages nous n’avons jamais rien vu de comparable. Nos yeux étaient fascinés de tant de faste et nous pouvions ainsi tenter d’imaginer la vie du sultan et de sa cour il y a quelques siècles !!!

Il ne faut pas manquer non plus un bâtiment très intéressant dans la 4ème cour, la Bagdat Kosku recouvert de merveilleuses faïences bleues d’Iznik. On peut aussi y admirer des boiseries incrustées de nacre et une coupole sous laquelle on a placé un brasero de cuivre offert pat Louis XV au sultan de l’époque.

3ème jour : Istambul moderne

La tour de Galata : C’est l’un des derniers vestiges de l’enceinte génoise. On peut accéder à son sommet en ascenseur et bénéficier ainsi d’une vue magnifique sur la ville, sur les mosquées, le Bosphore et les îles.

Le marché aux poissons : c’est un endroit très agréable pour se promener. On se trouvesur une petite place pavée, très animée, avec de nombreux petits restaurants où l’on peut déguster de succulents poissons.

4ème jour : promenade dans les rues et retour dans le vieil Istambul

L’église  Saint-Sauveur-in-Chora : Il faut y aller à pied pour une promenade très intéressante dans les rues d’Istambul. Cette église est en fait aujourd’hui un musée où l’on admire des peintures murales et des mosaïques à fond d’or d’une beauté à couper le souffle.

Le grand bazar : depuis le 15ème siècle on y vend, on y achète de tout, de somptueux tapis, des antiquités, mais aussi des épices, des cuivres, des fruits, des souvenirs…Au centre, on trouve le vieux bazar qui a été considérablement agrandi en « annexant » les ruelles des alentours. C’est un endroit magique et il faut prendre le temps de déambuler dans les nombreuses ruelles . C’est aussi l’endroit idéal pour boire un thé et manger quelques loukoums !

Jean-Marc Gyphjolik et le grandbazar

5ème jour  : le Bosphore

Jean-Marc Gyphjolik et la mosaique

Le Palais de Dolmabahce : il se trouve sur les rives du Bosphore et est entouré de très beaux jardins.

Croisière sur le Bosphore: Il faut absolument faire cette croisière. D’abord parce qu’elle permet de visiter les rives européennes et asiatiques de cette ville très particulière, assise entre deux continents; mais aussi parce qu’elle n’est pas chère du tout. Il suffit de prendre un des nombreux ferries  qui sillonnent le Bosphore.

Au cours de cette croisière qui vous mènera jusqu’au bord de la Mer Noire, vous pourrez admirer notamment : la façade du Palais de Dolmabahce, l’université de Galatasaray, la mosquée d’Ortakoy, d’anciennes résidences tout au bord de l’eau et des ponts magnifiques.

Page rédigée par Jean-Marc Gyphjolik

Jean-Marc Gyphjolik découvre Marrakech

Un grand week-end de printemps de quatre jours et la famille Gyphjolik prend la direction de Marrakech. L’objectif du week-end était de se dépayser, de se reposer et de faire quelques visites.

la visite de la Médina :

Le minaret de la Koutoubia: il sert de repère dans toute la ville. Il ne se visite pas mais on peut se promener dans les jardins qui l’entourent. Il date du 12ème siècle et à servi de modèle à la Giralda de Séville et à la tour Hassan de Rabat. la tour mesure 77 mètres jusqu’au sommet de la flèche, elle est couronnée d’un lanternon surmonté de quatre boules dorées.

Jean-Marc Gyphjolik Médina Marrakech

La place Jemaa-el-Fna : c’est une place piétonne très animée, de jour comme de nuit. La nuit les multiples petits éclairages nous ont fait découvrir une place très différente de celle que nous avions parcourue pendant la journée. Son nom signifie « place de morts » en souvenir de l’époque où les criminels y étaient exécutés et leur tête exposée pour servir d’exemple.

Jean-Marc Gyphjolik et la place JeF

On y rencontre des touristes, mais aussi des marchands, des charmeurs de serpents, des vendeurs d’oranges pressées et de fruits secs…Dans la journée il n’y a pas grand monde sur la place et elle parait immense. A partir de 18 heures tout se transforme, la foule afflue, les marchands s’installent, les lumières apparaissent progressivement, les cris et la musique prennent possession de la place. La place se transforme totalement, au point que l’on ne reconnait plus celle que l’on a traversée dans la journée. La nuit tombée, on a l’impression de se trouver sur une immense scène de théâtre. On s’est bien amusé et surtout reposé sur cette place à regarder les charmeurs de serpents tout en sirotant un délicieux jus d’oranges pressées sous nos yeux. Au moment d’aller nous coucher on avait encore de la musique plein les oreilles et des étoiles plein les yeux.

les souks : C’est l’attraction incontournable de Marrakech. Les souks sont ouverts tous les jours, mais ils ferment le vendredi de 11 à 16 heures pour la grande prière. Comme nous l’avons fait, il faut prendre le temps de déambuler dans la multitude de petites allées marchandes , de respirer les odeurs des parfums et des épices, d’admirer les couleurs chatoyantes des étoffes, de goûter les succulents fruits séchés. Il faut aussi ne pas hésiter à acheter , mais il ne faut pas être pressé. Marchander dans les souks de Marrakech, comme dans tous les souks probablement, prend du temps…Les souks sont organisés par métiers. La famille Gyphjolik a particulièrement aimé le souk des vanniers et des tourneurs sur bois, mais aussi le souk des cuivres, le souk Smata où les artisans fabriquent à la main de magnifiques babouches qui sentent si bon le cuir mais aussi le marché des fruits secs et des grilleurs de cacahuètes pour les merveilleuses odeurs.

Jean-Marc Gyphjolik au souk

La médersa Ben-Youssef : La médersa est une ancienne école coranique. Elle a accueilli et logé jusqu’à 900 étudiants. Ils vivaient dans de petites cellules au rez-de-chaussée que l’on peut visiter.Le bâtiment, qui se visite, est magnifique, à commencer par la grande cour et son immense bassin central. Les décors sont exceptionnels notamment les mosaïques de zelliges. Nous sommes restés très longtemps, assis dans cette cour centrale, pour nous reposer certes et profiter d’une température agréable, mais surtout pour nous imprégner du calme et de la sérénité des lieux.

Le musée de Marrakech : il se trouve dans le palais Dar M’Nebhi qui date du 19 ème siècle. Son architecture est typique et on peut y admirer de superbes murs de tadelakt, des zelliges et des coupoles de plâtre sculpté et peint. Le musée abrite des expositions temporaires d’art contemporain ou traditionnel. Nous avons pu visiter une exposition très intéressante d’art berbère.

Jean-Marc Gyphjolik musée a marrakech

La visite de Guéliz :

On ne peut pas quitter Marrakech sans avoir visité le jardin Majorelle. Tout d’abord parce qu’il est magnifiquement et empreint de sérénité, ensuite pour la découverte d’un bleu très particulier et enfin parce qu’il a appartenu à deux français Yves-Saint-Laurent et Pierre Bergé. Un seul point critique, le jardin est assez petit et lorsque nous y sommes allés il y avait énormément de monde.

Jean-Marc Gyphjolik et lejardin majorelle

Le jardin abrite l’atelier du peintre Jacques Majorelle qui y a vécut à partir de 1924 pour soigner sa tuberculose. Après sa mort, la villa et le jardin ont été acheté par Yves-Saint-Laurent et Pierre Bergé. Le jardin abrite une bambouseraie, des bougainvillées, des cactus….l’atelier est peint en bleu « Majorelle » un bleu-mauve très spécial qui fait un contraste saisissant avec le vert de la végétation. Ce contraste de couleurs nous a particulièrement plu et restera une des nombreuses images que nous conserveront de notre magnifique voyage à Marrakech !!!

Page rédigée par Jean-Marc Gyphjolik

Jean-Marc Gyphjolik à New-York

En avant pour la Grosse Pomme !

New-York nous a toujours fascinés, ma femme et moi, mais cette ville a la réputation d’être très chère. Nous allons donc vous dire comment nous avons fait pour profiter au maximum de cette ville merveilleuse avec un tout petit budget.

Jean-Marc Gyphjolik à New-York

Le voyage :

Bien sûr il ne fait pas prendre un billet sur une ligne régulière, toujours très chère. Il faut voyager sur une ligne low-cost, il y en a beaucoup maintenant et la plupart offre d’excellentes conditions de sécurité. De plus il faut réserver très longtemps à l’avance, un an si possible, c’est là que les tarifs sont les plus attractifs.

L’hébergement:

Les hôtels sont très très chers à New-York. Il faut donc privilégier les locations directes chez l’habitant.

Une autre piste intéressante que nous avons utilisé est l’échange d’appartement. Ca sera d’autant plus facile à organiser  si vous habitez dans une région touristique. Les américains adorent Paris, les régions viticoles, le Sud de la France… C’est une formule de vacances originale qui est très pratique en Amérique. Cette formule permet de passer des vacances aux Etats-Unis sans dépenser trop d’argent pour le logement.

Une autre piste très intéressante et pas très chère est l’hébergement en université si vous voyagez pendant les vacances d’été, de mi-Mai à mi-Aout. A cette période, les universités new-yorkaises louent les chambres des étudiants, même à des simples touristes, quelque soit leur âge.

Il y a aussi plusieurs auberges de jeunesse à New-York. La carte d’adhésion internationale aux auberges de jeunesse (carte FUAJ) est souvent obligatoire pour séjourner. Je vous conseille, si vous pensez séjourner en auberge de jeunesse, d’adhérer en France, ça vous reviendra moins cher.

Un programme de visites passionnantes pour quelques dollars seulement :

Très souvent les entrées dans les musées, les monuments…. sont très très chers. Personnellement nous avons privilégié les visites gratuites ou à faible coût et nous ne l’avons pas regretté. Voici comment nos avons organisé nos visites :

Jean-Marc Gyphjolik et la bouse de Wall Street

marcher dans Manhattan pour profiter des buildings (le Chrysler Building et sa flèche d’acier, l’Empire State Building ,le Seagram Building, la tour Portzamparc, le Sony Building, le Fuller Building, la Trump Tower…), de  l’animation des rues… N’oubliez pas de passer par la 5ème Avenue et ses boutiques chics, Times Square et ses publicités géantes, 9/11 Memorial pour le souvenir et le recueillement, Grand Central Station pour sa façade romane et son immense hall au plafond constellé d’étoiles, Wall Street et son taureau en bronze symbole d’une économie en plein boom, le Waldorf Astoria Hotel palace historique de New-York que l’on voit dans de nombreux films … et surtout laissez vos pas vous mener vers de belles découvertes!

Jean-Marc Gyphjolik & taureau_wall_street

–  participer aux visites gratuites organisées par des bénévoles  les Big Apple Greeters. Ce sont des habitants de New-York qui organisent, gratuitement ou moyennant un petit pourboire, des visites de leur ville, généralement sous l’angle d’un thème précis.

– découvrir  Central Park. En fonction de ses goûts personnels, on peut y faire une simple marche pour admirer la végétation et les petits écureuils gris ou un jogging, une balade à vélo, en rollers ou une promenade en barque.

Jean-Marc Gyphjolik au central_park_ny

-se détendre sur le front aménagé de l’Hudson River. C’est une très belle balade.  Elle commence au pier 40 où on peut même faire gratuitement un tour en yole de mer grâce au Village Community Boathouse. Cette association gérée par des bénévoles permet d’embarquer à bord d’une yole de mer. la balade dure une heure environ et permet d’avoir une superbe vision de la ville. En plus la balade est très reposante ! On chemine ensuite sur une très belle promenade en bois qui longe de très belles pelouses et d’où la vue sur Lower Manhattan est magnifique !

– se promener sur la High Line, entre Gansevoort Street et 30th Street. La High Line est un parc suspendu de plus de 2kilomètres de long qui a été aménagé sur d’anciennes voies ferrées aériennes. Le parc est ouvert tous les jours de 7 heures à 22 heures et l’accès est gratuit. Au niveau de la 18ème rue vous pourrez apercevoir l’Empire State building.C’est une superbe balade, avec un superbe panorama sur la Sky-line, l’Hudson et le New-Jersey.

-même si l’on n’est pas un passionné d’art moderne, on ne peut pas aller à New-York sans aller visiter le MoMA (Museum of Modern Art). L’entrée est théoriquement fixée à 25 dollars, mais elle est gratuite tous les vendredis de 16 heures à 20 heures. Bon à savoir !!! Le MoMA possède parait-il la plus importante collection d’art moderne et contemporain au monde, que ce soit en peinture bien sûr, mais aussi en photographie, cinéma, architecture, design. On peut y admirer de nombreux tableaux de Cézanne, Matisse, Picasso, Mondrian, Degas, Miro, Dali, Delaunay, Klee…

-Les galeries d’art de Chelsea ou SoHo sont également gratuites, de même les deux installations permanentes de Walter Maria à SoHo (the New-York Earth Room et the Broken kilometer). Ce sont deux oeuvres d’art contemporain, tout à la fois grandiose et très simples.

-de nombreux concerts sont gratuits. C’est notamment le cas du Summer Stage, un festival de concerts en plein air à Central Park de fin Juin à mi-Septembre. Beaucoup de concerts sont gratuits, d’autres sont à don libre à l’entrée

-nous étions à New-York le 4 Juillet (independance day), et nous avons pu admirer, sans frais, un magnifique feu d’artifice sur l’Hudson River

-autre moment incontournable, et totalement gratuit, assister à un office dans une église de Harlem. Les chants Gospel sont émouvants, dynamisants, en un mot inoubliables.

-prendre le ferry pour Staten Island. Le Staten Island Ferry relie Manhattan à Staten Island 24heures sur 24 et gratuitement. Vous aurez une vue magnifique sue la Sky-Line et sur la Statue de la Liberté. Je vous conseille de le prendre plusieurs fois, à des heures différentes, dans la journée mais aussi à en fin de journée pour pouvoir admirer le coucher de soleil sur la ville .

-visiter le Ellis Island Immigration Museum. On s’y rend par le ferry et l’entrée du musée  est gratuite.Le musée a été aménagé dans les anciens bâtiments où les immigrants étaient accueillis et mis en quarantaine Il retrace l’histoire de l’immigration aux Etats-Unis et cette visite est très enrichissante.

-assister à une séance de cinéma en plein-air dans l’un des parcs de Manhattan

Page rédigée par Jean-Marc Gyphjolik